Accueil TutorielsGuide Pratique 5 Méthodes Utilisées Dans le Monde de l’Animation

5 Méthodes Utilisées Dans le Monde de l’Animation

par Isaac

Comme vous le savez sans doute, il existe différentes méthodes d’animation, et aujourd’hui, nous allons découvrir ensemble quelques unes de ces méthodes.

Elles sont au nombre de 5 : l’animation traditionnelle, l’animation vectorielle 2D, l’animation 3D, les Motion Graphics et le Stop Motion. C’est parti.

01. L’Animation traditionnelle


Cette technique est également connue sous le nom d’Animation Classique ou Animation Flip. Ce que vous faites ici est assez simple, vous dessinez chaque image une à une. Simple, basique.

L’animation traditionnelle est l’une des plus anciennes formes d’animation. L’animateur y dessine chaque image pour créer la séquence d’animation. Tout comme ils le faisaient autrefois chez Disney.

Si vous avez déjà eu un de ces flip-books quand vous étiez enfant, vous saurez à quoi je fais allusion.

Les dessins séquentiels sont rapidement projetés l’un après l’autre pour créer l’illusion du mouvement.

Dans l’animation traditionnelle, les animateurs dessinent des images sur un morceau de papier transparent à l’aide d’un crayon de couleur, une image à la fois.

Les animateurs testent généralement les animations avec des dessins très approximatifs pour voir le nombre d’images dont ils auront besoin pour que l’animation fonctionne.

Le processus d’animation de l’animation traditionnelle peut être long et coûteux. 

Avantages: Votre limite est votre propre imagination. Les personnages peuvent faire ce que vous voulez, avoir n’importe quelle expression faciale et n’importe quelle pose.

Inconvénients: prend beaucoup de temps. L’animation d’une seule seconde peut prendre plusieurs heures.

02. Animation 2D Vectorielle


L’animation 2D est le terme souvent utilisé pour désigner les animations traditionnelles dessinées à la main, mais il peut également s’agir d’animations vectorielles sur ordinateur qui adoptent les techniques de l’animation traditionnelle.

Les animations vectorielles, c’est-à-dire les animations 2D générées par ordinateur, utilisent exactement les mêmes techniques que les animations traditionnelles, sans la contrainte du matériel physique.

À la fin des années 90, en raison des restrictions de bande passante, de nombreux artistes ont commencé à utiliser Flash pour distribuer des animations courtes (et très limitées) sur le Web, qui étaient généralement très légères.

Cette limitation a fait de Flash l’outil populaire auprès des artistes indépendants et des animateurs qu’il est aujourd’hui.

Flash a vraiment explosé en 2005 lors de son achat par Adobe. Lorsque YouTube a commencé à se développer, il a complètement explosé et vous pouvez y trouver aujourd’hui des milliers d’animations Flash.

En plus de la possibilité d’animer image par image comme dans l’animaton traditionnelle, un animateur peut créer des rigs pour ses personnages, puis déplacer individuellement les parties du corps au lieu de redessiner le personnage à chaque frame.

Ces flexibilités offrent aux débutants plus d’options lors de l’approche de l’animation, surtout si le dessin n’est pas leur point fort. L’animation traditionnelle, quant à elle, nécessite des compétences de dessin très poussées.

J’ai d’ailleurs écrit un article sur les meilleurs logiciels d’animation pour artistes numériques, allez-y jeter un oeil.

03. L’Animation 3D


L’animation 3D fonctionne de manière complètement différente de l’animation traditionnelle. Elles nécessitent toutes deux une compréhension des mêmes principes de mouvement et de composition, mais les compétences techniques sont très différentes pour chaque tâche.

Tandis que l’animation traditionnelle exige que vous soyez un dessinateur incroyable, ce n’est pas le cas de l’animation par ordinateur.

L’animation 3D est plus proche du jeu de marionnettiste que du dessin.

L’animation 3D, également appelée CGI, ou simplement CG, est réalisée en générant des images à l’aide d’ordinateurs. 

Les techniques d’animation de l’animation 3D ont beaucoup de similitudes avec l’animation image par image, car elles concernent toutes deux des modèles d’animation et de pose, tout en restant conformes à l’approche image par image de l’animation 2D. 

Au lieu d’être dessinés, les personnages de l’animation 3D sont modélisés numériquement dans le programme, puis équipés d’un «squelette» qui permet aux animateurs de déplacer les modèles.

Vous Aimerez aussi :   Le Rigging : Tout ce que vous devez savoir

L’animation se fait en posant les modèles sur certaines images clés, après quoi l’ordinateur calculera et effectuera une interpolation entre ces images pour créer un mouvement.

Une fois la modélisation et / ou l’animation terminée, l’ordinateur restitue chaque image individuellement, ce qui peut prendre beaucoup de temps, en fonction de la qualité des images et de la quantité de polygones dans la scène. C’est ce qu’on appelle un rendu.

L’animation 3D a définitivement révolutionné l’aspect de l’industrie de l’animation et tout a commencé en 1995 avec Toy Story, réalisé par Pixar.

L’animation générée par ordinateur n’était pas complètement nouvelle à l’époque, car elle avait déjà été utilisée dans les publicités télévisées, les films et les jeux-vidéo, mais Toy Story a ouvert la voie en étant le premier long métrage d’animation entièrement réalisé par ordinateur. .

L’animation 3D permet également aux studios de réaliser des animations photo-réalistes en combinant un traitement informatique de haut niveau avec une capture de mouvements avancée. Cela a conduit à des films tels que la trilogie du Seigneur des Anneaux, Avatar ou encore la Planète des Singes.

04. Les Motion Graphics


Bien qu’ils soient toujours considérés comme une forme d’animation, les Motion Graphics sont très différents des autres types d’animation.

Contrairement aux autres méthodes de notre liste, il ne s’agit pas de personnages ni d’une quelconque histoire.

C’est l’art de déplacer des éléments graphiques ou des textes de manière créative, généralement à des fins commerciales ou promotionnelles.

Pensez à des logos animés, à des vidéos explicatives, à des publicités sur des applications, à des publicités télévisées ou même à des titres d’ouverture de films.

Les compétences pour les Motion Graphics ne se traduisent pas nécessairement par les autres types d’animation, car ils ne nécessitent pas de connaissances en mécanique du corps humain ou du mouvement.

Le processus de création de Motion Graphics dépend des programmes utilisés, car les logiciels de montage vidéo ont souvent une interface utilisateur ou des paramètres différents, mais l’idée est la même.

Les Motion Graphics  impliquent généralement l’animation d’images, de textes ou de clips vidéo à l’aide de cadres de key frames pour créer un mouvement fluide entre les images.

05. StopMotion


Le StopMotion se fait en prenant une photo d’un objet, puis en la déplaçant un peu et en prenant une autre photo.

Le processus se répète et lorsque les photos sont lues les unes après les autres, elles donnent l’illusion d’un mouvement. Ceci est similaire à l’animation traditionnelle mais utilise des matériaux réels plutôt que des dessins.

L’animation Stop-Motion peut être associée à toute animation utilisant des objets photographiés dans une séquence pour créer l’illusion d’un mouvement.

Le processus d’animation image par image est très long, car chaque objet doit être déplacé avec soin pouce par pouce, alors qu’il est photographié à chaque image, pour créer une séquence fluide d’animation.

L’animation Stop-Motion était très souvent utilisée comme effet spécial avant l’introduction de l’animation CGI, et a donc une très longue histoire dans l’industrie de l’animation et du cinéma, depuis The Humpty Dumpty Circus (1887, Blackton). 

Le Stop-motion a établi les standards avec des maîtres comme Ray Harryhausen, qui a créé des animations pour Jason et les Argonauts (1963, Chaffey) et Clash of the Titans (1981, Davis), ou Nick Park qui a créé la franchise Wallace et Gromit.

Il y a eu beaucoup de longs métrages d’animation en stop motion, notamment The Nightmare Before Christmas (1993, Selick) et Wallace et Gromit: La malédiction du lapin-garou (2005, Park.)


Source : 

CECI POURRAIT VOUS INTERESSER...

Laisser un Commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site